( 19 mars, 2018 )

journées dédicaces 2018

lundi de Pâques avril 2018 à la librairie « Le Baz’Art des Mots » à Hauterives, de 10h à 18h (tous les livres mentionnés sur ce blog),

et le samedi 16 mai 2018 à 18h, présentation et dédicaces du dernier livre « la Révolution ».

( 11 janvier, 2018 )

un nouveau livre : la Révolution à Hauterives 1789-1799

couv final

1789-1799

Une décennie qui a changé le monde !

A Hauterives, ces dix années vont susciter autant d’enthousiasme que de désillusion, et pourraient se décliner en quatre volets : Serment de fidélité au Roi, à la Nation,  à la Loi,  puis vive la République,  haine éternelle à la royauté, et enfin vive l’Empereur !

Des Etats Généraux du Dauphiné à l’arrestation des Girondins ou la chute de Robespierre, jusqu’au coup d’Etat du 18 brumaire, en passant par la grande fédération des gardes nationales, la fuite du roi à Varennes, la patrie en danger, la confiscation des biens de l’Eglise ou les fêtes décadaires obligatoires, les habitants  ont participé à tous les évènements de la Révolution, en choisissant leurs députés, en envoyant leurs fils dans les armées de la jeune République, ou en déférant aux injonctions des agents nationaux du district.

Des révolutionnaires purs et durs, des volontaires motivés, des « volontaires » désignés, un comité de surveillance, un curé défroqué, un émigré, des soumissionnaires enrichis par les biens nationaux, des paysans récalcitrants, chaque hauterivois de souche trouvera  un des siens dans les archives exploitées dans ce livre.

Mais au final, grande leçon de l’Histoire, si tout a changé, rien n’a vraiment changé, et ce n’est pas un mince paradoxe que de le constater à la lecture des délibérations du conseil communal ! Les tristes sires qui ne conçoivent l’avenir que par le reniement du passé sont finalement retournés au néant d’où ils n’auraient jamais du émerger.

Ah, j’oubliais un point important : ne cherchez pas un guillotiné. Hauterives n’a pas fait couler le sang.

en vente au prix de 20€,  à la librairie « Le Baz’art des Mots », à Hautreives 26390, au par correspondance : jeanlouis.coste2@orange .fr

( 19 mars, 2016 )

Salon des Auteurs Drôme Ardèche

DSCN0019

salon Tainles 8 et 9 avril 2016, participation au salon du des Auteurs Drôme Ardèche à Tain l’Hermitage.

 

( 14 septembre, 2015 )

Eglise de Treigneux

les trois églises de Treigneuxun nouveau livre sur l’histoire locale : l’église de Treigneux, l’une des paroisses de Hauterives.

voir le lien ci contre qui renvoie sur le blog consacré à la sauvegarde de ce patrimoine.

Pourquoi trois ? c’est bien sur la première question qui vient à l’esprit à la lecture du titre volontairement  mystérieux de cet ouvrage: deux bâtiments subsistent, l’église actuelle construite au XIX ème siècle et la chapelle du cimetière, vestige de l’ancienne église riche de ses 1000 ans d’histoire;  mais la troisième, un édifice disparu ? non,  plus simplement la conséquence d’un « biscantando » qui a perduré jusqu’en 1652, ce qui ne satisfait sans doute pas la curiosité du lecteur

Mais précisément, il faut bien un peu de mystère pour aiguiser l’intérêt et la découverte ! Et ce n’est pas le seul ! Pourquoi Saint Antoine, patron de la paroisse, est représenté avec un cochon dans les plis de sa robe de Bure ? Dans quelles conditions  une toile de Chérubino Pata, peintre renommé élève de Courbet, est venue orner les murs de l’église? Quel  lien avec « le mal des ardents »? Combien de secrets recèlent les archives municipales, départementales et diocésaines?

Venez découvrir la vente de l’église comme bien national en frimaire an VI, le curé Morel à cheval et pistolets à la ceinture fustigeant ses ouailles, Jocelyn ramenant de Terre Sainte en 1070 les reliques de Saint Antoine, un infanticide à l’ombre du clocher en 1725, ou encore  la lettre  de Louis XIV autorisant la levée d’un impôt pour financer les réparations nécessaires…  sans oublier la gardienne du temple qui mérite bien elle aussi un chapitre.

( 26 octobre, 2014 )

les fransciscains à Charrière

fichier pdf les franciscains à Charrièrecouvent de Charrière                     Deux documents relatent précisément l’arrivée des franciscains à Charrière, un extrait d’un livre de 1619 rédigé par un moine franciscain conservé aux Archives Départementales de la Drôme (ADD 2 O 220), et une bulle papale de 1459 validant le transfert du couvent  aux petits frères des pauvres, la bullarium franciscanum.

voir l’extrait ci dessus à télécharger (doc sous pdf)

( 26 octobre, 2014 )

le général de Miribel et l’alliance franco-russe

Miribelalliance franco russe (Extrait du livre « le général de Miribel »

en cliquant sur le lien vous téléchargerez sous format docx le chapitre sur l’alliance franco-russe

( 25 octobre, 2014 )

Réédition du livre : « Aultherive, aux racines de nos aïeux »

Le premier livre sur l’histoire des seigneurs et des habitants de Hauterives est épuisé; il vient de faire l’objet d’une réédition avec l’apport de nouveaux documents sur les premiers seigneurs de Hauterives, documents trouvés lors des recherches effectuées dans les archives du château du Châtelard. (environ trente pages supplémentaires).

Pour être complet, je précise que ces documents ont également été exploités dans le livre « les Chastellard, une famille en Dauphiné », les Chastellard étant les descendants d’Amédée de Clermont, le premier seigneur connu de Hauterives. Sans en apporter une preuve formelle, les archives existantes constituent néanmoins un faisceau de présomptions permettant de l’affirmer avec une quasi certitude.

( 21 septembre, 2013 )

soirée dédicace pour « le Général de Miribel »

 

soirée dédicace pour

Soirée dédicace à la librairie « le Baz’Art des Mots » à Hauterives le 23 août 2013 en présence de Mr Florent Brunet, maire de Hauterives, Emmanuelle Anthoine, conseillère générale du canton, et de Mr Amédée de Miribel, petit fils du général.

 

( 25 août, 2013 )

le général de Miribel

Avec Isabelle Giroux, nous venons de publier notre dernier livre sur l’histoire locale  : « Le Général de Miribel »

 

le général de Miribel dans les livres sur l'histoire dans la vallée de la Galaure image1

« Si le temps a aujourd’hui estompé quelque peu la mémoire de ce grand homme, à la fin du XIX° siècle son nom personnifiait le symbole des espoirs de toute la Nation.

Officier d’artillerie maintes fois décoré, parfois comparé à Bayard pour sa vaillance au feu, à  Malakoff, l’Alma, Solferino, Puebla, ou comme à la Malmaison et Buzenval contre les Prussiens, c’est à la tête de l’Etat-Major général de l’Armée qu’il donnera toute sa mesure.

Discret et efficace, infatigable travailleur, mu par un amour indéfectible de la patrie, il emploie toutes ses larges compétences à réorganiser l’armée dont la défaite de 1870 avait montré les faiblesses. Il initie de nombreuses mesures essentielles à la défense du pays : fortifications des Alpes, plan de mobilisation n° XIII, alliance franco-russe dont il fut l’un des principaux artisans…

Au-delà des luttes partisanes qui agitent la Troisième République, il sait se faire apprécier de tous pour son intégrité, sa loyauté, sa cordialité ; les souverains européens le tiennent en haute estime, ses soldats l’adulent, les villageois de Hauterives le pleurent lorsqu’il décède subitement dans sa propriété du Châtelard en septembre 1893.

Sa statue se dresse fièrement devant l’église pour évoquer sa mémoire aux passants. Ce livre vient raviver son souvenir et nous rappeler ce qu’il fut et ce que nous lui devons. »

 

( 25 avril, 2012 )

Trois autres ouvrages sur les archives de la Galaure

Trois autres ouvrages sur les archives de la Galaure dans les livres sur l'histoire dans la vallée de la Galaure charriere-newtest2-300x300couv2-300x300 dans les livres sur l'histoire dans la vallée de la Galaure

chastellard-217x300

jeanlouis.coste@sfr.fr   et  mimam.giroux@wanadoo.fr

Les Chastellard, une famille en Dauphiné :

Un château, une famille, une histoire ….

Un château témoin du passé…. Une famille dont l’histoire se mêle intimement à celle de Hauterives, à
celle du Dauphiné et à celle  de la France. Une histoire de neuf siècles évoquée à grand traits, avec des lacunes, mais fidèle au plus près  la réalité …

… au plus près de la réalité  car il ne s’agit pas d’une histoire romancée, encore moins d’un roman, mais d’une étude historique fondée sur des documents, des documents d’archives diverses  confrontées aux commentaires d’historiens ou d’archivistes  incontestables commeAllard, Chorier, Moulinet,  d’Hozier deSérigny, Lacroix …

Charrière, un couvent franciscain en Galaure :

 

Etrange destin de ce modeste et obscur couvent sorti de la nuit du Moyen Age qui renaît toujours de ses cendres et refuse de disparaître. Abandonné, détruit, incendié, vendu, transformé en grange à foin, voué à la destruction, il se relève pourtant une nouvelle fois à l’aube du XXI ième siècle.

Volonté des hommes, lieu où souffle l’esprit … ?  quels enchaînements de circonstances ont permis ces renaissances au fil des siècles quand tant d’autres sites plus glorieux ont disparu à tout jamais ?
Certains y verront simplement le hasard, d’autres l’attachement au passé et à l’histoire, pour les plus mystiques le souffle de l’esprit,  ou encore le destin qui préside à la vie deschoses et des humains …

Que chacun en juge avec son cœur, comme ceux qui ont mis tout le leur à déboiser, à remonter les murs, à fouiller le sol, à arracher les pierres à l’oubli, à restaurer le passé et à le tourner vers l’avenir.

Bonnecombe, un prieuré de Saint Ruf à Hauterives

Cachée au creux d’un vallon, dans les collines d’Hauterives, la  chapelle de Bonnecombe est là, sans prétention. Son isolement et son aspect modeste pourraient faire oublier  la riche
histoire dont elle est issue : depuis plus de 800 ans elle porte les prières des hommes.

D’abord église d’un prieuré deSaint Ruf, elle a survécu à la suppression de cet ordre, aux guerres de
religions, à la Révolution et a traversé les vicissitudes de l’histoire.  Parfois abandonnée, parfois détruite, il s’est toujours trouvé quelqu’un pour prendre à cœur de la relever. Quel magnétisme émane donc de ce lieu ?

Pèlerinage majeur de la Drôme au XIX° siècle, Bonnecombe poursuit aujourd’hui encore sa vie de chapelle.

 

 

 

12
Page Suivante »
|